Réserve naturelle Madakik (Canton de Melbourne) 

La réserve naturelle de Madakik (canton de Melbourne) de 7,34 ha (18,14 acres) a été acquise en 2003. Elle est traversée d'ouest en est par la rivière au Saumon et protège la plaine inondable et le lit de cette rivière. Le territoire, marqué par l'agriculture qui y était pratiquée, se caractérise par diverses friches, dont une friche arboricole riveraine, un peuplement de feuillus et de conifères et quelques zones humides.

 

Cette réserve naturelle abrite:

 

•1 1 7 espèces végétales, y compris les espèces dépendantes des milieux aquatiques, 

• 2 espèces en situation précaire, 

• 2 espèces vulnérables à la récolte, et 

• une soixantaine d'espèces sauvages, dont trois espèces en situation de précarité.

 

L'orignal et le renard roux traversent occasionnellement la réserve naturelle.

Réserve naturelle du Ruisseau-Gulf (Racine)

La réserve naturelle du Ruisseau-Gulf (Racine, 27,8 ha [68,7 acres]) a été acquise en 2004. Elle chevauche une partie de la forêt refuge du coteau de Flodden. En fait, plus de la moitié du territoire fait partie de cette érablière à bouleau jaune exceptionnelle. La réserve naturelle est caractérisée par une vallée à relief accidenté entre deux collines où l’on observe des affleurements de serpentine. Le territoire protège la source du ruisseau Gulf, trois peuplements forestiers et un milieu ouvert vestige d’un ancien pâturage. Bon nombre de milieux naturels protégés dans cette réserve constituent des habitats de qualité, tout particulièrement pour les salamandres. 

La réserve naturelle abrite : 

  • • plus de 94 espèces floristiques, dont deux espèces en situation précaire et une espèce vulnérable à la récolte. 

  • • Environ 35 espèces fauniques, dont trois espèces en situation précaire. 

Le cerf de Virginie et l’orignal transitent occasionnellement par la réserve naturelle 

Réserve naturelle du lac Brais (Racine)

La réserve naturelle du Lac-Brais (Racine, 101,8 ha [251,6 acres]) a été acquise en trois temps en 2005 (Ferme Patris), en 2006 (Thorel-Germain) et en 2007 (Fermes Jacques Dupont). Elle couvre partiellement deux collines et la vallée d’un des principaux tributaires du lac Brais. Le relief y est accidenté et les affleurements rocheux fréquents. Le territoire protège trois tributaires du lac Brais, une douzaine de peuplements forestiers, dont plusieurs érablières, une friche vestige de l’usage agricole du territoire, un champ agricole typique, de même que quelques marécages arbustifs et prairies humides herbacées. 

La réserve naturelle abrite : 

• plus de 110 espèces floristiques, dont 62 espèces d’herbacées et quelques espèces de mousses et de lichens, 

• plus d’une centaine d’espèces fauniques, dont des espèces inféodées aux milieux aquatiques, 

• une cinquantaine d’espèces d’oiseaux, et 

• deux espèces d’amphibiens en situation précaire. 

 

Le coyote, l’ours noir et l’orignal transitent occasionnellement par la réserve naturelle. 

Réserve du lac Bran-de-scie

La réserve naturelle du Lac-Bran-de-Scie (Canton Orford,

18,9 ha [46,7 acres]) a été acquise en deux temps : par un don écologique de Mme Thibert en 2005 et d’un achat de Mme Thibert en 2007. Cette réserve est localisée dans une vallée encaissée où s’écoule, entre autres, le principal tributaire du lac Bran de Scie. Elle protège quatre peuplements forestiers, dont une cédrière où l’on trouve des individus centenaires, une prairie humide, un grand étang de castor et une friche herbacée, vestige d’activités agricoles. Les milieux humides et aquatiques y constituent des habitats de qualité pour les amphibiens. 

La réserve naturelle abrite : 

• 55 espèces floristiques, notamment deux espèces vulnérables à la récolte, 

• plus de 70 espèces fauniques, dont près de 50 espèces d’oiseaux nicheurs et 

• trois espèces d’amphibiens en situation précaire. 

 

Le cerf de Virginie et l’orignal transitent occasionnellement par la réserve naturelle. 

La forêt de chêne de Cleveland (Canton de Cleveland)

La forêt de chênes de Cleveland (Canton de Cleveland, 22 ha [54,3 acres ] ) a été acquise en 2008. La forêt rare de Cleveland correspond à un petit peuplement de chêne rouge. Elle occupe la partie sommitale d’une basse colline où la chênaie à érable à sucre côtoie les érablières rencontrées sur les versants. La présence d’une chênaie rouge dans les environs de la municipalité de Cleveland est assez inusitée.

 

Bien que l'on puisse encore rencontrer sporadiquement le chêne rouge dans le sous- domaine de l ’érablière à tilleul de l’Est, la présence d'une chênaie Forêt de chênes de Cleveland au coeur de la région de l’Estrie peut être considérée comme exceptionnelle. Il s'agit, en effet, d'une localisation périphérique par rapport à la répartition actuelle de ce type de chênaie au Québec. Cette chênaie rouge est un écosystème forestier exceptionnel pour le Québec en raison de la grande rareté de ce type de forêt au sein du sous-domaine de l’érablière à tilleul de l’Est et de son excellent état de préservation. (MMNRFP ). Le fonds d’acquisition a été constitué avec : MDDEP, FHQE, Environnement Canada et Fondation EJLB. En 2008, la SCCNRS a constitué pour la pre mière fois un fonds de sauvegarde constitué avec : Toyota Richmond, Gabriel Couture et fils, Caisse populaire Desjardins Richmond et plusieurs donateurs particuliers du Val -Saint- François.